Qu’est-ce que la migration vers le cloud ? | Stratégie de migration vers le cloud

La migration vers le cloud est constituée par le processus consistant à transférer des bases de données, des applications et des processus TI vers le cloud, ou d’un cloud à un autre.

Share facebook icon linkedin icon twitter icon email icon

Migration dans le cloud

Objectifs d’apprentissage

Après avoir lu cet article, vous pourrez :

  • Comprendre ce que c’est que la migration dans le cloud
  • Analyser la raison pour laquelle les entreprises passent au cloud
  • En savoir plus sur certaines des difficultés posées par une migration vers le cloud
  • Analyser différentes stratégies de migration dans le cloud

Qu’est-ce que la migration vers le cloud ?

Internet Cloud Migration

La migration vers le cloud est le processus qui consiste à déplacer les opérations numériques des entreprises vers le cloud. La migration vers le cloud est une sorte de transfert physique, sauf qu'elle implique de déplacer des données, des applications et les processus informatiques de certains datacenters vers d'autres datacenters, au lieu d'emballer et de déplacer des objets physiques. Tout comme le déménagement de locaux de petite taille vers des locaux plus grands, la migration vers le cloud nécessite beaucoup de préparation et de travail préalable, mais elle en vaut généralement la peine et se traduit par des économies et une plus grande flexibilité.

Le plus souvent, la « migration vers le cloud » décrit la transition de locaux ou d'une infrastructure sur site vers le cloud. Toutefois, ce terme peut également désigner la migration d'un cloud vers un autre cloud.

Qu'est-ce qu'une infrastructure ancienne ?

En informatique, le matériel ou les logiciels sont considérés comme « anciens » s'ils sont dépassés mais toujours utilisés. Les produits et processus anciens ne sont généralement pas aussi efficaces ou sûrs que les solutions plus récentes. Les entreprises qui sont contraintes d'utiliser des systèmes anciens risquent de prendre du retard sur leurs concurrents. Elles sont également confrontées à un risque plus élevé de violation des données.

Les logiciels ou équipements anciens peuvent devenir peu fiables, fonctionner lentement ou ne plus être mis à jour par le fabricant. Windows XP, par exemple, est un ancien système d'exploitation : lancé en 2001, il est devenu obsolète et remplacé par les versions ultérieures de Windows. Microsoft ne prend plus en charge sa maintenance et ne publie plus de correctifs ou de mises à jour pour ce système d'exploitation.

L'infrastructure se compose de serveurs, d'équipements de réseau, d'applications, de bases de données et de tous les logiciels ou équipements indispensables. Les infrastructures anciennes, comme les serveurs ou les pare-feu physiques obsolètes, peuvent ralentir les activités d'une entreprise. Elles peuvent également augmenter les risques de sécurité, car les fabricants cessent d'assurer la maintenance de leurs produits et de publier des correctifs de sécurité.

Les infrastructures anciennes sont généralement installées sur site, ce qui signifie qu'elles se trouvent physiquement dans les locaux de l'entreprise ou dans des locaux où l'entreprise opère. Par exemple, de nombreuses entreprises disposent d'un datacenter situé dans le même bâtiment que celui où travaillent leurs employés.

Les entreprises qui ont recours à des infrastructures anciennes ne peuvent pas profiter des avantages du cloud computing. Par conséquent, la plupart des entreprises ont aujourd'hui entrepris une migration au moins partielle vers le cloud.

Quels sont les principaux avantages de la migration vers le cloud ?

  • Scalabilité (ou évolutivité) : le cloud computing a une capacité de passage à l'échelle pour prendre en charge des charges de travail et un nombre d'utilisateurs plus importants bien plus aisément qu’une infrastructure sur site, qui contraint les entreprises à acheter et à installer des serveurs physiques, des équipements réseau ou à prendre des licences logicielles supplémentaires.
  • Coûts : les entreprises qui adoptent le cloud réduisent souvent considérablement leurs dépenses informatiques puisque les fournisseurs de cloud se chargent de la maintenance et des mises à jour. Plutôt que de se concentrer sur la maintenance, les entreprises peuvent consacrer davantage de ressources à leurs principaux impératifs de production, comme le développement de nouveaux produits ou l'amélioration des produits existants.
  • Performances : la migration vers le cloud peut permettre à certaines entreprises d'améliorer leurs performances et l'expérience utilisateur globale pour leurs clients. Si leur application ou leur site web est hébergé dans des datacenters cloud plutôt que dans différents serveurs locaux, les données n'auront pas à parcourir une aussi longue distance pour atteindre les utilisateurs, ce qui réduit les temps de latence.
  • Flexibilité : qu'il s'agisse d'employés ou de clients, les utilisateurs peuvent accéder aux données et aux services cloud dont ils ont besoin où qu'ils se trouvent. Cela permet aux entreprises de se développer sur de nouveaux territoires, de proposer leurs services à un public international et de faciliter le travail de leurs employés.

Quelles sont les principales difficultés de la migration vers le cloud ?

Physical Cloud Migration
  • La migration de bases de données volumineuses : bien souvent, les bases de données devront changer de plateforme pour pouvoir fonctionner dans le cloud. Le déplacement d'une base de données est difficile, surtout s'il s'agit de grandes quantités de données. Pour les bases de données volumineuses dont le transfert via Internet prendrait trop de temps, certains fournisseurs de cloud proposent des solutions de transfert physique des données, comme le chargement des données sur un appareil physique puis l'envoi de l'appareil au fournisseur de cloud. Il est également possible de transférer les données par Internet. Quelle que soit la méthode, la migration des données prend souvent beaucoup de temps.
  • Intégrité des données : une fois les données transférées, l’étape suivante consiste à s’assurer que ces données sont intactes et sûres, et qu’aucune fuite n’est intervenue pendant le processus.
  • Une activité continue : les entreprises doivent faire en sorte que leurs systèmes actuels restent opérationnels et disponibles tout au long de la migration. Il faudra que les systèmes sur site et cloud fonctionnent en parallèle pour garantir la continuité du service. Par exemple, il est nécessaire de faire une copie de toutes les données dans le cloud avant de supprimer une base de données existante. Les entreprises préfèrent généralement migrer petit à petit plutôt qu'en une fois.

Comment se déroule la migration des charges de travail sur site vers le cloud ?

Chaque entreprise a des besoins spécifiques et adoptera donc une méthode de migration vers le cloud qui lui sera propre. Les entreprises peuvent s'adresser aux fournisseurs de cloud pour définir les modalités de leur migration. La plupart des migrations vers le cloud incluent les étapes essentielles suivantes :

  1. Définir des objectifs : quels sont les gains de performances escomptés ? À quelle date les infrastructures anciennes deviendront-elles obsolètes ? L'établissement d'objectifs mesurables permet à une entreprise de déterminer si la migration a réussi ou non.
  2. Définition d'une stratégie de sécurité : en matière de cybersécurité, il convient d'adopter une approche différente de la sécurité sur site. Dans le cloud, les ressources de l'entreprise ne se trouvent plus derrière un pare-feu, et le périmètre du réseau n'existe pratiquement plus. Il peut être nécessaire de recourir à un pare-feu cloud ou à un pare-feu d'applications web.
  3. Copie des données : sélectionner un fournisseur de cloud et copier les bases de données existantes. Cette opération doit être réalisée de manière continue tout au long du processus de migration afin que la base de données cloud reste à jour.
  4. Déplacer l'informatique décisionnelle : cette opération peut nécessiter de remanier ou de réécrire le code (voir ci-dessous). Elle peut être effectuée progressivement ou en une seule fois.
  5. Basculer la production sur site vers le cloud : le cloud est opérationnel. La migration est terminée.

Certaines entreprises désactivent leur infrastructure locale à la fin des étapes ci-dessus, alors que d’autres peuvent conserver leurs systèmes anciens comme systèmes de secours ou comme faisant partie d'un déploiement de cloud hybride.

Quelle stratégie de migration vers le cloud doivent adopter les entreprises ?

Gartner, une société de recherche en technologies de l'information très influente, décrit cinq solutions pour les entreprises qui migrent vers le cloud. Ces stratégies de migration vers le cloud sont généralement connues sous le nom de « 5 R » :

  • Ré-hébergement - on peut considérer que le ré-hébergement est « la même chose, mais sur des serveurs en cloud ». Les entreprises qui choisissent cette stratégie choisiront un fournisseur IaaS (Infrastructure en tant que service) et recréeront leur architecture d'application sur cette infrastructure.
  • Refactoriser - les entreprises qui choisissent le code refactoring, appelée aussi refactorisation du code, réutiliseront le code et les frameworks existants, mais exécuteront leurs applications sur la plateforme d'un fournisseur de PaaS (Plateforme en tant que service) au lieu d'IaaS, comme pour le ré-hébergement.
  • Réviser - cette stratégie implique de réécrire, en partie, ou d'étendre la base du code, en le déployant soit par ré-hébergement, soit par refactorisation du code (code refactoring, voir ci-dessus).
  • Reconstruction - « reconstruire » signifie réécrire et ré-architecturer intégralement l'application sur la plateforme d'un fournisseur de services PaaS. Ce processus peut demander beaucoup de travail, mais il permet également aux développeurs de tirer parti des fonctionnalités modernes des fournisseurs de services PaaS.
  • Remplacer - les entreprises peuvent également choisir d'abandonner totalement leurs anciennes applications et passer à des applications SaaS (Software-as-a-Service) proposées par des fournisseurs tiers.

Quel mode de déploiement du cloud les entreprises doivent-elles choisir ?

Outre la stratégie de migration vers le cloud, les entreprises doivent décider des caractéristiques de leur déploiement en cloud une fois la migration achevée.

Un cloud hybride associe deux ou plusieurs types d'environnements, notamment des clouds publics, des clouds privés ou des datacenters locaux. Pour que le déploiement d'un cloud hybride fonctionne correctement, l'intégration doit être étroite entre tous les cloud et datacenters déployés, tout comme les membres d'une équipe ont d'une communication particulièrement étroite lorsqu'ils s'ils sont répartis dans des bureaux différents.

Le multicloud associe deux ou plusieurs clouds publics. (Les clouds publics sont partagés par plusieurs clients). Le multicloud peut avoir plusieurs finalités : redondance/sauvegarde, réduction des coûts ou recours aux fonctionnalités de différents fournisseurs de clouds, par exemple.

Le déploiement d'un cloud unique chez un seul fournisseur de cloud n'est pas toujours possible pour une entreprise, mais c'est une option envisageable. Les fournisseurs de cloud proposent à la fois des clouds publics et des clouds privés, la différence étant que les clouds privés ne sont pas partagés avec d'autres entreprises.

Comment Cloudflare facilite-t-elle à la migration vers le cloud ?

Cloudflare propose un plan de commande unique pour les produits de performance et de sécurité nécessaires pour migrer correctement vers le cloud (comme le DNS, l'équilibrage de charge, le WAF Cloudflare, entre autres. Ces produits sont tous intégrés et peuvent être gérés à partir d’un tableau de bord unique (voir une étude de cas de migration vers le cloud). Cloudflare intègre aisément n’importe quel type de déploiement en cloud (cloud public, cloud privé, cloud hybride ou multi-cloud).

Découvrir comment fonctionne le cloud computing.